Accueil > EPM : Contre les établissements pénitentiaires pour mineurs > ACTUALITES sur les EPM > Ouverture du 6ème EPM

EPM de PORCHEVILLE

Ouverture du 6ème EPM

vendredi 16 mai 2008, par gd44

Un aperçu de l’ouverture de l’EPM de Porcheville, avant dernier dans le programme Perben, dans les médias. Ici un article de "Métro", qui ne peut ignorer les contradictions inhérentes aux EPM malgré la pression gouvernementale.

13-04-2008

Les mineurs délinquants ont leur prison

Un centre pénitentiaire ouvre à Porcheville

L’établissement comprend sept unités d’hébergement, dont une réservée aux filles et une pour les nouveaux arrivants. Sa construction a coûté 12,5 millions d’euros.
L’établissement comprend sept unités d’hébergement, dont une réservée aux filles et une pour les nouveaux arrivants. Sa construction a coûté 12,5 millions d’euros.

Un suicide et des craintes

Dix mois après l’ouverture du premier EPM, à Meyzieu (Rhône), des incidents se multiplient et des voix s’élèvent contre le fonctionnement de ces établissements. Après le suicide d’un détenu de 16 ans en février 2008, plusieurs juges pour enfants de Bourg-en-Bresse refusent de faire incarcérer des mineurs dans cet établissement, leur préférant la maison d’arrêt de Varennes-le-Grand (Saône-et-Loire). Selon la Fédération syndicale unitaire (FSU) des personnels pénitentiaires, on recense 72 tentatives de suicide parmi les 160 détenus incarcérés en EPM depuis sept mois.

Chiffres.

75 personnels de l’administration pénitentiaire, 24 éducateurs et 8 enseignants travailleront à Porcheville

C’est un vaste regroupement de baraques aux couleurs vives, situé à une cinquantaine de kilomètres de Paris. A partir d’aujourd’hui, soixante mineurs, originaires de la région parisienne, vont progressivement prendre leurs quartiers dans cette structure flambant neuve. Quelques heures avant son ouverture officielle, Géraldine Blin, directrice de l’EPM (établissement pénitentiaire pour mineurs) de Porcheville (Yvelines), assure une visite guidée.

Salles de classe et de sport

“Nous avons vocation à accueillir les primo-incarcérés, et à les accompagner sur le chemin de la resocialisation, en axant le travail sur la notion de
culpabilité et du passage à l’acte”, explique la jeune femme en poussant la lourde porte de la cour. Les installations sont pour le moins ambitieuses : sept unités d’hébergement avec accès individuel, dont cinq unités pour garçons, une réservée aux filles et une pour les nouveaux arrivants ; un pôle socioéducatif composé de salles de classe. Pour l’aspect sportif ; un terrain de foot synthétique et une salle de sports ultramoderne. “La durée moyenne d’incarcération est de deux mois et demi, dans des conditions de détention nettement améliorées”, explique Géraldine Blin.

Une mission éducative

Les EPM, havre de paix ? “Non, car même dans de meilleures conditions, cela reste de la détention. Mais l’individualisation de la prise en charge est renforcée”, précise la directrice. Environ vingt heures de cours seront dispensées, cinq jours par semaines, par huit enseignants, dans des groupes de niveau de cinq élèves.

Les après-midi et les week-ends seront consacrés au sport et aux autres activités socioéducatives. “Leur scolarité sera aménagée en fonction de leur parcours, afin de permettre une resocialisation plus active”, poursuit Géraldine Blin. Un ambitieux défi que le personnel avoue avoir hâte de relever. “Partout où il y a des mineurs, il y a de l’éducatif possible”, conclut Géraldine Blin.

Adrien Cadorel
(Métro)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?