Accueil > EPM : Contre les établissements pénitentiaires pour mineurs > ACTUALITES sur les EPM > Après la prison... La prison et la sanction interne !

EPM de LAVAUR

Après la prison... La prison et la sanction interne !

vendredi 16 mai 2008, par gd44

La veille de son départ de l’EPM de Lavaur, un jeune déclenche un incendie.
Il est aussitôt condamner à.. de la prison !
Mais en plus, il est sanctionné à l’interne par une commission de discipline, mais la nature de la sanction reste secrète !
(Source Dépêche du Midi, mars 2008)

A l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur.

Pour fêter sa libération, il déclenche un incendie

Jeudi dernier (27 mars 2008), à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur, un jeune qui devait être libéré le lendemain après avoir purgé sa peine a « pété les plombs ». Pour fêter cette remise en liberté, il a eu une idée saugrenue : à l’aide d’un morceau de drap dont il s’est servi comme torche, il a mis le feu à une haie bordant sa cellule. Ce début d’incendie a déclenché un important vacarme dans la prison de la part des autres mineurs détenus. Mais cette mise à feu de la haie a fait des émules auprès de deux autres codétenus. Ce sont en tout quatre foyers que le personnel, principalement féminin ce soir-là, a éteint à l’aide d’extincteurs. « Cela aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves », souligne Nadège Grille, la directeur de l’EPM. Les trois jeunes ont été placés en garde à vue le vendredi matin à 10 heures à la brigade de gendarmerie de Lavaur. sanction : un mandat de dépôt d’un mois

Les gendarmes vauréens les ont conduits l’après-midi devant le magistrat du parquet de Castres. Résultat : un mandat de dépôt d’un mois. En guise de festivités pour son départ, le jeune incendiaire devra donc prolonger son séjour dans la prison vauréenne.

Ce mineur, pendant toute la durée de son incarcération, avait eu un comportement irréprochable. « Cet incident avec la sanction immédiate doit servir d’exemple », indique Nadège Grille. Lundi matin, c’est la commission de discipline de l’établissement qui s’est réunie exceptionnellement pour signifier aux trois mineurs leur infraction et pour statuer sur les sanctions internes. La nature de la sanction est tenue secrète mais les peines peuvent aller de la corvée de nettoyage au confinement en passant, pour les fautes les plus graves, jusqu’à la mise en quartier pénitentiaire pour une durée maximale de huit jours. Lors de cette commission de discipline, les fautifs peuvent être assistés d’un avocat du barreau de Castres.

(la dépêche du midi)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?