Accueil > ACTUALITE du GD 44 > Actions & Luttes > Lettre ouverte à l’inspecteur d’académie de Loire-Atlantique

Lettre ouverte àl’inspecteur d’académie de Loire-Atlantique

François Le Ménahèze,

samedi 25 juin 2011, par gd44

L’inspecteur d’académie de Loire-Atlantique a terminé cette année scolaire en me sanctionnant d’un blâme pour avoir résisté àl’injustice professionnelle dans le cadre de la résistance pédagogique qui tente de préserver aujourd’hui les valeurs, les principes et les pratiques d’une Ecole en faveur des jeunes de notre pays, de leur émancipation. Merci monsieur l’inspecteur d’académie de cette punition intelligente !

L’inspecteur d’académie a conclu cette année en bloquant ma candidature àmon ancien poste de formateur associé àl’IUFM de Nantes et àl’université ... sans doute pour empêcher un vilain petit canard d’apporter des grains de sable àune machine de conformation qui poursuit son travail de sape ; ...sans aucun doute pour nier la dimension de formation pédagogique àune pédagogie novatrice dont l’Ecole aurait bien besoin pour relever les défis auxquels elle doit s’atteler. Merci monsieur l’inspecteur d’académie de cette double punition qui donne un sentiment amer de harcèlement moral !

L’inspecteur d’académie de Loire-Atlantique avait commencé l’année en refusant de me voir poursuivre mon rôle de formateur sous prétexte que je ne pouvais exercer ma fonction de directeur d’école àmi- temps (ce que je faisais déjàdepuis deux ans !) et pour « ma manière de servir  », car je refusais de me plier aux remontées chiffrées des évaluations nationales.
J’ai donc pu exercer àplein temps ma fonction d’enseignant...et de directeur ! Merci monsieur l’inspecteur d’académie !

J’ai donc enfin pu m’occuper des problèmes de chauffage et de tuyauterie de l’école...ce fut en effet l’unique point qui me fut reproché lors de la première audience avec les représentants institutionnels. Merci monsieur l’inspecteur d’académie et madame l’inspectrice de l’éducation nationale !
J’ai ainsi pu améliorer ma manière de servir en poursuivant ma non remontée des évaluations nationales et en le faisant savoir, ce qui m’a valu encore un retrait de salaire, une non-prime (prime dont je ne voulais surtout pas...) et des menaces de procédure disciplinaire (comme de nombreux autres enseignants résistants) !
Merci monsieur l’inspecteur d’académie !

J’ai aussi pu apprendre de nouveaux métiers, ceux auxquels on ne pense absolument pas lorsqu’on s’engage dans un métier de l’humain, de l’éducatif ; juriste, tricoteur de textes, explorateur de jurisprudences et de recours, blogueur, expert en médias ... mais, surtout, un que je n’oublierai plus jamais, celui de résistant.
Merci monsieur l’inspecteur d’académie !

J’ai pu apprendre grâce àune seconde audience avec mon supérieur hiérarchique ce qu’était l’obéissance du fonctionnaire, l’action d’un serviteur àla noble cause du fonctionnariat servile. Pour cela, j’ai eu droit aux semonces d’usage face aux articles parus dans la presse, aux admonestations acides sur cette résistance pédagogique, aux gronderies menaçantes pour une servilité àretrouver. Merci monsieur l’inspecteur d’académie pour ces menaces qui m’ont rendu encore plus fort !
J’ai appris que rentrer des élèves dans un fichier numérique centralisé, nominatif, évolutif, partageable était la pire tâche que j’ai jamais eu àexercer dans ma fonction de directeur (ce dont je ne doutais déjàpas avant...). Il faut dire que je n’avais encore jamais vu un inspecteur oser cumuler autant de sanctions sur de pauvres directeurs désobéissants pour une aussi noble tâche. Ce fichier doit donc être extrêmement important pour l’avenir de l’Ecole !?
Merci monsieur l’inspecteur d’académie de prendre autant soin au fichage et àla traçabilité des jeunes de notre pays !

J’ai appris que subir une sanction dans l’éducation nationale pouvait être un honneur, dans des temps où celle-ci est broyée par des intérêts supérieurs de marchandisation, rentabilisation et évaluationite aigüe. J’ai appris àcomprendre ce que signifiait réellement cette compétence auquel tout le monde fait référence aujourd’hui : agir en fonctionnaire de l’Etat de manière éthique et responsable.
Merci donc monsieur l’inspecteur d’académie !

J’ai appris àouvrir mon champ restreint d’enseignant pour envisager celui-ci dans une réelle perspective de service public d’éducation en lien avec toutes les résistances passées et actuelles (d’où d’ailleurs le message que je viens de recevoir de Raymond Aubrac, grande figure de la résistance). A cela, je vous dis merci monsieur l’inspecteur d’académie !
J’ai appris àne plus rien attendre d’une institution capable du pire aujourd’hui...en espérant retrouver le meilleur ! Je poursuivrai ainsi ma résistance au sein de tous les collectifs susceptibles de remettre un peu de raison et d’humanité dans notre monde éducatif pour enfin donner une chance àtous les jeunes de ce pays d’apprendre et d’accéder àune culture que l’Ecole que vous défendez, monsieur l’inspecteur d’académie, continue àleur refuser.

François Le Ménahèze,
juin 2011


Voir en ligne : Resistance-lemenaheze


le pdf joint contient, outre cette lettre, différents extrait de la presse locale sur les sanctions des désobéisseurs du 44, et des communiqués de soutien de diverses "personnalités"

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?